veranda, vloerkeuze, vloer, tegels, laminaat, viva veranda, trends, tegels, parket

Regardez donc à terre

Quand commence la phase de finition d’une véranda, l’attention se porte en priorité sur le revêtement de sol car son rôle est essentiel pour la qualité de vie au quotidien. Un sol ‘dur’ semble la solution la plus évidente et, d’ailleurs, on constate le succès croissants des carrelages.

Etant donné qu’il existe une multitude de carrelages différents, il convient de commencer par faire une première distinction : céramique ou pierre naturelle ?

Les carrelages en céramique ont longtemps constitué une alternative bon marché à la pierre naturelle, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. La grande différence tient au fait que la pierre naturelle est un produit… naturel – on extrait des blocs d’une carrière avant de les scier – tandis que la céramique est le résultat d’une fabrication en série industrielle.

Ce qui signifie que l’on peut fabriquer des carreaux de céramique de toutes tailles et coloris, avec ou sans motifs spécifiques. Dans la mesure où l’on apporte le soin nécessaire à la fabrication, tous les carreaux sont rigoureusement identiques. Et ils ne manquent pas d’avantages : ils sont durs, solides, hygiéniques, faciles à nettoyer, non combustibles et résistants au feu.

Ils sont répartis en différentes qualités en fonction de leur dureté et, partant, de leur résistance à l’abrasion. On distingue également les ‘premiers’ et ‘deuxièmes’ choix, distinction qui n’a rien à voir avec la qualité intrinsèque du carreau mais qui fait référence à la précision de la fabrication : dimensions, uniformité de la couleur, éventuelles petites taches, petits éclats dans le vernis, forme légèrement concave ou convexe,… Cependant, ces éventuels défauts ne se sont jamais présents simultanément.

En matière de formats, on trouve essentiellement des carreaux carrés et rectangulaires mais il en existe bien entendu d’autres. Les dimensions sont très diverses, avec une tendance marquée pour des carreaux toujours plus grands. Le choix d’un carrelage est évidemment affaire de goût personnel. Néanmoins, il ne faudra pas se laisser trop vite tenter par ce que l’on voit dans un showroom. Un carrelage peut être magnifique dans une grande pièce mais ne rien donner dans une plus petite. Les dimensions de la pièce doivent donc guider le choix et, en la matière, le conseil d’un expert est indispensable.

Au moment de passer commande, on veillera à commander plus que la surface à carreler. En effet, il faut tenir compte des éventuels motifs : si l’on souhaite des raccords parfaits, les pertes sont inévitables.

viva veranda, veranda, tendances, carreaux, terre
viva veranda, veranda, tendances, carreaux, terre

Les tendances

Pour la décoration d’une maison, on se limite généralement à une palette de quelques couleurs. Il n’y a pas de raison qu’il en aille autrement pour la véranda. La question est de savoir si l’on va reproduire dans la véranda les choix effectués pour la maison – matériaux et couleurs – pour former un ensemble cohérent ou, au contraire, opter pour la discontinuité, que ce soit sur le plan des seuls matériaux, des seules couleurs ou des deux. Les dimensions des carreaux ne cessent de grandir puisque les fabricants en proposent aujourd’hui de 1,20 x 0,60 m, 1,20 x 1,20 et même 1,20 x 1,40 m. Tous les carreaux ne conviennent pas forcément pour l’intérieur et l’extérieur : consultez attentivement les fiches produit avant de poser un choix. Pour ce qui est des prix, deux remarques s’imposent.

D’abord, le prix au m² augmente avec la dimension du carreau et ensuite, les frais de pose augmentent de la même manière car les grands formats sont plus lourds et plus difficiles à manipuler. Combiner différents formats permet de créer un revêtement de sol unique mais exige un savoir-faire et un ‘œil’ que tous les artisans ne possèdent peut-être pas. Il faut également songer à donner suffisamment de visibilité à un revêtement de sol au dessin sophistiqué : une fois la pièce meublée, le beau dessin risque de passer inaperçu. Dommage si on avait mis le prix.

Mélanger les types de surface – matte et brillante par exemple – peut également donner un très bel effet mais, dans ce cas, il faut tenir compte de l’usure du temps : elle risque de ne pas être uniforme. Enfin, après avoir choisi un format, un motif et, éventuellement, un dessin, reste à déterminer l’épaisseur du joint. Son importance est capitale dans le résultat final. Si les petits joints sont très populaires, ils ne sont pas forcément possibles avec tous les types de carreaux. Encore une fois, le conseil d’un professionnel s’impose.

Des carreaux alternatifs

Les revêtements de sol en bois – planchers, parquets – sont très prisés pour la maison mais probablement moins adaptés à une véranda. Cependant, il existe aujourd’hui des imitations bois très réussies qui, pour autant qu’elles aient été soigneusement choisies, assurent une jolie transition entre la maison et la véranda.

Les premiers revêtements de sol en imitation bois ont vu le jour il y a une vingtaine d’années mais ce n’est que récemment que leur réalisme a atteint un niveau stupéfiant. C’est assurément un choix intelligent eu égard à la facilité d’entretien, au maintien de la couleur et à l’excellent rendement en association avec un chauffage par le sol. La concurrence féroce que se font les fabricants de carreaux de céramique profite à l’innovation et… au consommateur : les imitations sont plus réalistes que jamais.

Enfin, matériau naturel, le liège est de plus en plus régulièrement utilisé dans les vérandas. Fourni sous forme de carreaux ou de planches à clipser, il doit cette nouvelle popularité à sa proximité avec les planchers en bois ou les parquets car aujourd’hui, il existe des techniques d’impression bois très réalistes. La ressemblance est d’autant plus frappante que les planches sont de dimensions généralement identiques à celles du bois (1,80 m de long pour 19,5 cm de large). D’une grande douceur sous le pied, le liège est également antistatique et possède d’intéressantes propriétés d’isolant acoustique.

Texte : Eduard Coddé